Cancer de la prostate

Cette maladie se présente sous plusieurs formes. Au début de l’évolution, les formes très agressives ne sont pas différentes des formes peu agressives. Seul le dépistage, chez un patient apparemment en bonne santé, peut faire la différence
La guérison est possible uniquement au stade non symptomatique (stade silencieux) de la maladie.

L’Association Française d’Urologie recommande un dépistage à tous les hommes entre 50 et 75 ans, et plus tôt, vers 45 ans pour les hommes ayant des cas (2 ou +) de cancer de prostate dans la famille proche (père, frère, oncle). Il s’agit d’un dépistage volontaire, basé sur une information claire donnée aux patients.

Moyen d'agir ?

Le dépistage du cancer de la prostate est simple et indolore. Il repose sur :

  • un dosage dans le sang du PSA (antigène spécifique de la prostate)
  • un examen digital de la prostate par un toucher rectal une fois par an avec le médecin traitant ou un urologue.

Si le dépistage est négatif, les mêmes examens sont renouvelés une fois par an.

Si le dépistage est positif, le diagnostic sera confirmé ou non par une biopsie de la prostate, faite par l’urologue sous anesthésie locale, en consultation.  

Flash Info